Fermer

Hivernages est un roman troué; un hiver qui ne s’est pas terminé, raconté par fragments et dans le désordre. Différents personnages tentent de survivre au froid, à la solitude, à la mort. Deux sœurs qui s’aiment trop, une fillette aux mains crochues, un garçon qui refuse de se couper les cheveux, un vieux qui a oublié son nom, des vieilles qui mangent des beignets dans une ville souterraine, une femme qui n’a jamais connu d’orgasme, tous survivent à la tempête dans un paysage d’aurores boréales.

L’écriture de Maude Deschênes-Pradet, déjà remarquée avec son premier roman, La corbeille d’Alice, évoque à merveille l’hiver, le froid, la solitude, la résilience. Si l’histoire est racontée avec une certaine retenue, de la pudeur et beaucoup de délicatesse, il y a aussi, dans Hivernages et ses scènes saisissantes, une véritable puissance d’évocation poétique d’un univers fantastique, post-apocalyptique.

Afficher

Extrait

Elle était obsédée par l’image des grands espaces. Savoir que ces derniers sont froids, hostiles et dangereux ne l’a pas arrêtée. Lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte, elle a dit: «L’enfant sera libre ou ne sera pas.» La curiosité et la témérité sont brimées dès l’enfance à Ville-réal. Soigneusement et méthodiquement. Pour Alyse, laisser faire cela à son propre bébé n’était pas envisageable.

Sam a refusé de l’accompagner. C’était clair entre eux: l’enfant appartenait à Alyse. Lui, de toute façon, n’avait jamais souhaité d’enfant. Un être qui dépendrait de lui pour survivre. Elle ne lui a pas annoncé le jour de son départ. Ils avaient décidé que c’était la meilleure façon: il ne pourrait pas l’empêcher de partir ni la dénoncer, et il ne saurait rien de ses préparatifs. Cette ignorance le protégerait des enquêtes et des interrogatoires.

Finaliste
Prix des Horizons imaginaires 2019
Roman dystopique et utopique Thème narratif : vie intérieure Saisons : Hiver