Fermer

Parfois, dans le métro, quelqu’un s’arrête plus longtemps pendant qu’il joue. Antoine sent alors que cette personne vit quelque chose de nouveau. Le temps d’une pièce, cet auditeur devient unique, même si d’autres passent autour. La musique change de niveau: plus rien de machinal, un désir presque animal de faire du bien. La plupart du temps, l’échange qui suit est pourtant assez banal… Mais il y a des exceptions.

D’un os creux, Homo sapiens tirait une flûte. Antoine, lui, a son hautbois. Pour l’un comme pour l’autre, il s’agit de dompter les ombres sur les murs de la caverne.

Afficher

On en parle

Catherine Perrin célèbre « la dimension profondément sensuelle de la bonne musique », ces instants rares et grisants où une œuvre s'incarne dans le corps de ceux qui lui donnent vie. 
– Dominic Tardif, Le Devoir

Un récit empli d’humanité et de sensibilité, qui mêle enjeux sociaux et art, et où la musique sert de pilier à la survie.
– Iris Gagnon-Paradis, La Presse

Les mots de Perrin glissent comme les notes sur une partition. Tout est harmonieux et d'une construction impeccable. [...] un récit doux sur des sujets durs. Catherine Perrin a réussi, grâce à sa plume et à sa passion musicale, à nous partager une histoire d'une beauté douloureuse, mais qui agit comme un baume en même temps.
Page par page

Ce n’est que du plaisir !
– René Homier-Roy, Culture Club

En vidéo

Extrait audio - Trois réveils

En audio

Extrait du livre audio lu par Martin Laroche

Liste préliminaire
Prix littéraire France-Québec 2021