Fermer

Mais que lit Stephen Harper ?

Suggestions de lectures à un premier ministre et aux lecteurs de toutes espèces

Par Yann Martel

Texte original en anglais traduit par Émile Martel et Nicole Martel

Le 28 mars 2007. La Chambre des communes, à Ottawa. Cinquante créateurs y ont été invités pour qu’on célèbre en leur présence les cinquante ans du Conseil des Arts du Canada, un événement historique. En un instant, c’est terminé. Le premier ministre n’a même pas levé les yeux.

«Qui est cet homme?» se demande Yann Martel. «Qu’est-ce qui le mobilise? [...] Aucun doute qu’être premier ministre accapare toute son attention consciente. Mais Stephen Harper doit bien avoir des moments de quiétude. [...] Et comme mon affaire, ce sont les livres, [...] j’ai décidé que, par la grâce de bons livres, je ferais des suggestions qui amèneraient la quiétude chez Stephen Harper.»

Rien n’est plus loin de l’insolence ou du sarcasme que ces soixante lettres. Ce sont plutôt de brèves et sérieuses explorations sur la nature et l’effet des bons livres. Du Bhagavad-Gita à Larry Tremblay, c’est sagesse et émotion, c’est trouvailles de langage et envie de lire. C’est nous, c’est le monde, maintenant et ici. La littérature, si elle ne nous sauve pas, au moins nous éclaire. Un livre cultivé et divertissant.

Afficher