Fermer

Les danseurs étoiles parasitent ton ciel

Dans le bar, c’est la frénésie et elle te pousse à monter sur une table. Les bouteilles de bière s’entrechoquent et tombent par terre. Ton cœur bat la chamade, te rappelle la caisse claire du crescendo le plus repris au monde, celui du Boléro de Ravel. Debout sur cette table ronde, tu es Ida Rubinstein, tu es Maïa Plissetskaïa, tu es Sylvie Guillem, tu es toutes ces étoiles qui l’ont dansé.

Pour Prunelle, c’était écrit dans le ciel : après ses études à l’École de ballet, elle serait embauchée par une grande compagnie de danse. Jamais elle n’avait envisagé un futur où elle troquerait les rigoureuses séances d’entraînement contre une jobine dans le fin fond d’Hochelaga-Maisonneuve, la musique classique contre le punk et le ska, et les souris de Casse-Noisette contre l’authentique vermine urbaine. Elle devra plus que jamais s’accrocher aux paroles de la danseuse Marie-Agnès Gillot  : « C’est dans la chute que je prends mon élan.  »

Afficher

On en parle

On craque d'abord pour le titre. Ensuite, on s'attache à cette Prunelle, diplômée en danse classique qui se désiste à sa dernière audition, travaille dans un Dairy Queen et fréquente des types louches dans l'attente de « son moment Révolution ».
– Coup de pouce

Je vous suggère ce roman tout en déséquilibre où la quête de la narratrice est, au contraire, de retrouver l'équilibre entre les aspirations et le relâchement.
– La Bibliomaniaque

J'ai beaucoup aimé ce roman, j'ai aimé passer du temps avec les personnages de ce roman. 
- Dominic Tardif, Le 15-18, ICI Première

En vidéo

Lancement Les danseurs étoiles parasitent ton ciel

Lecture d'extrait

Lecture publique - Extrait

A également écrit