Fermer

Un facteur modèle s’adonne à des activités illicites. S’étant immiscé dans une correspondance amoureuse, le voilà forcé d’écrire des haïkus (lui qui n’en a jamais produit un seul!) et entraîné dans une aventure amoureuse qui se terminera d’une incroyable façon...

Afficher

Extrait

Bilodo pouvait le voir. Il le voyait clairement, ce bébé tout nu dans l’aqueuse luminescence de la piscine post-natale, qui nageait vers lui comme vers sa mère, comme vers les bras tendus d’une sirène qui serait sa mère, et qui le regardait avec des yeux très bleus de salamandre éberluée, ignorant qu’il ne savait pas nager, n’ayant pas encore désappris, ne se doutant pas que c’était dangereux, l’eau, que c’était un élément étranger, qu’on pouvait s’y noyer, ne sachant rien de tout ça et se contentant de bouger, de suivre son instinct, de garder la bouche fermée et de nager tout simplement. Bilodo le voyait très bien, ce jeune pinnipède, ce drôle de gnome sous-marin aux traits plissés par trop de jeune âge et aux narines ornées de bulles qui se coulait dans l’onde voluptueuse, et il riait car c’était inattendu, car c’était drôle, touchant.

Lauréat
Prix littéraires Canada-Japon 2006