Fermer

Un squat, dans une usine désaffectée, peuplé de personnages étranges et fascinants: la Tribu. Il y a Aude, la squeegie, Emma, une prostituée muette, Proust, ex-prof alcoolo, Raoul, un nain exhibitionniste… et Ozzy, le fragile Ozzy, qu’Aude, sa sœur, protège bec et ongles alors même que tout leur univers paraît devoir basculer et s’écrouler irrémédiablement.

Un livre qui nous fait naviguer sur des océans troubles et brumeux où une chose peut en cacher une autre, où le vrai et le fantasme se confondent, un livre qui nous entraîne dans un voyage bouleversant de l’autre côté du miroir.

Denis Thériault, tel un funambule, maintient son récit entre réalité et imaginaire avec un art totalement maîtrisé. Une écriture sensible et magnifique.

Afficher

Extrait

Ozzy dévisagea Aude, jaugeant ses intentions. Puis il décida de se confier:
– Elle s’appelle Ophélie. Je la connais depuis quelques semaines.
– Je ne comprends pas. Tu disais que tu la voyais dans le soleil.
– C’est vrai. C’est dans le soleil que je l’ai vue, la première fois, confirma Ozzy.

Et il raconta comment c’était arrivé, un matin d’août, pendant qu’il crayonnait un trottoir du Quartier latin. Ses jambes fuselées: c’était ce qui avait magnétisé l’attention d’Ozzy alors qu’elle sortait du café Nelligan, en face, et s’arrêtait pour voir ce qu’il dessinait. Levant les yeux, il avait été ébloui par le soleil qui semblait perché sur l’épaule de la jeune femme, puis par sa beauté à elle, non moins éclatante.

– La fille du soleil, murmura Ozzy, c’est comme ça qu’elle m’est apparue.