Fermer

Histoires humanimales

Collection Romanichels

Voici neuf nouvelles, chacune centrée sur un animal avec lequel le narrateur entretient une relation qui varie selon qu’il est un enfant, un voyou, un chasseur ou un touriste. La gent ailée est à l’honneur − des étourneaux, des buses, des poules, des mouettes −, mais on y trouve aussi des singes, un faon, un ours et des chiens. Il arrive même que l’identité de l’animal soit incertaine. Qui a déjà entendu parler d’un faon qui vole ou d’une dinde qui dévore une charogne sur la route? Dans quatre nouvelles, la différence entre les animaux et les humains s’estompe, créant ainsi un troublant effet d’étrangeté. La plupart des histoires se passent au Québec, mais la première se déroule à Bali et la dernière, en Chine.

J. P. April sait jouer de tous les registres. Il passe de la tendresse à la dureté, de l’ironie au romantisme et du familier au raffiné. Si les deux premières nouvelles sont légères et nous font sourire, d’autres sont inquiétantes ou carrément tragiques. Certaines sont très réalistes, mais quelques-unes flirtent avec le fantastique. C’est le cas de «L’avaleuse d’oiseaux», une nouvelle qui, de plus, relève de l’intrigue policière et fait appel à la poésie. Dans tous les cas, les nouvelles nous racontent une histoire. Pour notre plus grand plaisir.

Ce recueil est représentatif de la production récente de J. P. April et, en ce sens, constitue une bonne introduction à son œuvre pour qui n’aurait pas encore eu le bonheur de la découvrir.

Afficher

Extrait

En réalité, elle se livrait à une pratique des plus étranges: après avoir fixé une mouette comme si elle cherchait à l’hypnotiser, elle prenait une profonde inspiration et l’oiseau se mettait à battre follement des ailes, incapable de résister aux violents courants d’air qui l’attiraient vers Joanne, et, brusquement, il disparaissait.

Joanne les avalait en plein vol! Dans son intense désir de réaliser une osmose avec les oiseaux, elle était parvenue à les absorber de cette façon ahurissante.

On en parle

Voici neuf nouvelles. Dans chacune d'elles, un animal. Cela forme un recueil étrange et fascinant dans lequel la différence entre les animaux et les humains s'estompe.
– Didier Fessou, Le Soleil, 27 mars 2011

Nouvelles