Fermer

101 lettres à un premier ministre

Mais que lit Stephen Harper ?

Par Yann Martel

Texte original en anglais traduit par Émile Martel et Nicole Martel

«… le principal sujet du livre, ce sont les livres dont je parle.»

Ottawa, le 28 mars 2007. La Chambre des communes. Cinquante créateurs ont été invités pour qu’on célèbre avec eux les cinquante ans du Conseil des Arts du Canada. En un instant, c’est terminé. Le premier ministre n’a même pas levé les yeux.

«Qui est cet homme?» se demande Yann Martel. «Qu’est-ce qui le mobilise?… Comme mon affaire, ce sont les livres, ... j’ai décidé que, par la grâce de bons livres, je ferais des suggestions qui amèneraient la quiétude chez Stephen Harper.»

Yann Martel lui fait donc parvenir des livres accompagnés de lettres de présentation. Les soixante premières ont été publiées en 2009, mais ce sont toutes les lettres, soit cent une, qui sont rassemblées ici, précédées d’une introduction révisée, après que Yann Martel eut décidé, en février 2011, de mettre fin à ses envois.

Rien n’est plus loin de l’insolence ou du sarcasme; ces lettres sont plutôt de brèves et sérieuses explorations sur la nature et l’effet des bons livres. De Yukio Mishima à Gabrielle Roy, de Dino Buzzati à Michel Rabagliati: la littérature, si elle ne nous sauve pas, au moins nous éclaire.

Un livre cultivé et divertissant qui s’adresse à tous ceux qui aiment lire. Yann Martel ne se présente pas comme un spécialiste, mais comme un ami qui veut partager un coup de cœur. Son entreprise en est une de passion, et sa ferveur est contagieuse. Il nous dit, comme à Stephen Harper: «Voici des livres que j’aime; je vous les offre.»

Afficher
Essais littéraires Explication de textes littéraires, critiques de livres et guides Canada